Les droits des enfants et la formation à la justice sociale

Les enfants sont la clé de la santé et du bien-être actuels et futurs des communautés des Premières Nations. Deux nouvelles fiches d’information sont destinées à attirer l’attention sur le contexte des droits des enfants et de l’accès à la justice parmi les Premières Nations.

La première fiche d’information « Les droits des enfants des Premières Nations au Canada » souligne la réalité que continuent de vivre les enfants des Premières Nations, à savoir des niveaux de risque inacceptables et disproportionnés du fait de d’une combinaison de facteurs : les traumatismes historiques, la pauvreté intergénérationnelle et des politiques de services d’aide à l’enfance discriminatoires et sous-financés. En 2012, le Comité des Nations-Unies sur les droits des enfants a critiqué le gouvernement canadien pour le manque de progrès accomplis dans la recherche d’une solution à un certain nombre de problèmes touchant le bien-être des enfants des Premières Nations. Le Comité était particulièrement inquiet de voir que le retrait des enfants de leur environnement familial constituait le premier recours dans les cas de négligence, de difficultés financières ou de handicap. Il soulignait les préoccupations suivantes dans le cas des enfants pris en charge par les services d’aide à l’enfance : placements inadéquats, mauvais résultats, abus et négligences, préparation inadéquate à la vie après le placement, familles d’accueil peu formées mal préparées et, dans le cas des enfants autochtones en particulier, des placements dans des familles en dehors de leurs communautés. Selon les auteurs, les enfants des Premières Nations et tous les enfants devraient avoir accès à des services situés dans leur communauté et tiennent compte de leur culture, et qui leur permettent de grandir en sécurité, en santé, et forts sur le plan spirituel, à l’abri des abus, de la négligence, de l’exploitation sexuelle, et des effets dévastateurs causés par le manque de soin et l’abus de drogues par les familles d’accueil.

Dans la deuxième fiche d’information « Améliorer la santé des enfants des Premières Nations par l'éducation en justice sociale », les auteurs avancent qu’une formation à la justice sociale permet de bâtir une société ayant une plus grande conscience sociale. Une formation à la justice sociale va enseigner aux enfants les droits humains, l’égalité et l’idée d’une société juste et équitable, et tirer parti des occasions d’apprentissage sur les formes les plus subtiles ou les plus visibles de formes de discrimination, de racisme ou de stéréotypes intégrées dans la culture ordinaire. Comme le soulignent les auteurs, tenter de résoudre les questions de justice sociale pour les enfants des Premières Nations et pour les autres enfants consiste à leur présenter les faits et à avoir confiance qu’ils comprendront ce qui est juste et ce qui est mal. Une formation à la justice sociale aidera les enfants à développer des capacités d’analyse des évènements et des circonstances qui ont affecté les enfants et les familles des Premières Nations, et à leur permettre de prendre des décisions informées en matière d’équité et de justice.

Connectez-vous au CCNSA